florence hennequin

ici et maintenant

Larmes de fond

Poster un commentaire

Cet après-midi, je me sentais le cœur enfin léger.
Tu parles…
Pas plus tôt envisagé ce mot vainqueur, j’aperçois un couple enlacé dans l’herbe, me rappelant le bonheur d’être simplement contre lui. Et me voilà suffocant de désespoir.
C’est curieux le chagrin…
 Comme une lame de fond qui vous soulève, un retour de flamme dans un incendie de forêt.
Alors je ne fuis pas son énergie, je la respire à pleins poumons, la sens me traverser. J’attends qu’elle passe.
Jusqu’à la prochaine, qui prendra peut-être son temps pour me rendre visite.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s