florence hennequin

ici et maintenant

Marseille

Poster un commentaire

Le coton gris impétueux du ciel, déchiré soudain par un feu insolent, un vent qui trousse les feuilles et les fait luire.
Tourbillons de poussière devant les maisons blondes, et soudain, l’éclat coupant de la mer.
La voilà qui fume, hérissée de colère, mais pas encore en fureur.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s